Show social sharing options
Hide social sharing options

Stagiaire chez ESBE, entretien avec Anders Ahltoft

2020-10-05

Comment se passe un projet de thèse chez un leader du secteur en cette période de pandémie ? Rencontrez Anders Ahltoft, l'un des étudiants ayant réalisé son projet de thèse en autodidacte chez ESBE.

Rencontrez Anders Ahltoft – Projet de thèse chez ESBE 

Âgé de 22 ans, ce jeune passionné de science-fonction aime passer son temps libre à dessiner sur papier ou écran d’ordinateur. Pendant les heures de travail, Anders Ahltoft, originaire du Blekinge, prépare un Master à l’université de Jönköping dans le cadre du programme de design industriel. Avant cela, Anders a étudié dans cette même université l'ingénierie mécanique, en se spécialisant dans le développement et la conception de produits. C'est également à ce moment-là qu'il a mené son projet de thèse chez ESBE.

Anders a pu entrer en contact avec ESBE au Karriärum, un salon professionnel organisé chaque année par l’École d’ingénierie de Jönköping. Lors de cet événement, les étudiants ont la possibilité de rencontrer des entreprises proposant des stages, des projets d’études ou des postes supplémentaires.

ESBE internship student -  Anders Ahltoft.jpg

 

Qu’est-ce qui vous a incité à choisir ESBE pour votre projet de thèse ?

 

J’ai arpenté les allées du salon de l’emploi et c’est au stand d’ESBE que l’on m’a fait des propositions pour mon projet de thèse. Ça a piqué ma curiosité. J’ai donc posé des questions, avant de finalement postuler quelques jours après. Ils se sont montrés intéressés et m'ont invité à venir à Reftele pour discuter du stage. On a essentiellement parlé de conception et de design industriel.


 C’est génial ! Est-ce que tout s’est déroulé comme vous l’aviez imaginé ?


Tout s’est parfaitement bien passé, malgré des circonstances particulières liées à la pandémie de COVID19. Nous sommes restés en contact en communiquant à distance, principalement par e-mail et vidéo chat. Les restrictions liées au confinement ne me permettaient pas de me rendre à l’entreprise. À la fin, j’ai pu rédiger mon mémoire sur place, et c’est à ce moment-là que j’ai eu des conversations plus approfondies avec les employés d'ESBE sur la conception et les problèmes techniques qu’ils rencontraient.

 

ESBE a une philosophie humaniste très marquée, est-ce que vous avez pu le constater par vous-même ?


Pour moi, ESBE est une entreprise qui a à la fois de grandes ambitions et une histoire intéressante. Ce qui m’a peut-être le plus plu, c’est leur culture d'entreprise. Ils m'ont accordé leur confiance et ont répondu à mes différents besoins et attentes. J’ai véritablement pu travailler comme je l’entendais.

Malheureusement, à cause de la COVID, je n'ai pas pu passer autant de temps à ESBE que ce que j’aurais voulu. J’ai malgré tout l’impression que la culture d’ESBE et ce lien quasi familial qui unit les employés aux propriétaires restent prégnants.


Avez-vous eu l’impression de travailler chez un leader du secteur et que cela a eu un impact sur vous ?


Oui, totalement. Cela saute surtout aux yeux lorsque l'on se penche de près sur la conception de leurs produits qui, à mon humble avis, surpassent (et de loin) ceux de la concurrence. Ce qui m’a également beaucoup frappé, c’est qu’ils sont très à l’écoute et ouverts aux nouvelles idées. Ils prennent vraiment le temps d’étudier toutes les alternatives avant de les valider ou de les invalider. Leurs documents marketing sont très bien faits et reflètent parfaitement ce qu’ils sont en tant qu'entreprise.

 

Dernière question. À quoi le monde ressemblera dans 10 ans selon vous ?


C’est difficile à dire, car nous vivons traversons une période à la fois difficile et prometteuse. D’après moi, les choses ne pourront qu’aller dans le bon sens. L'humanité semble mieux armée que jamais pour régler les problèmes auxquels nous sommes confrontés, et je ne vois pas pourquoi cette tendance s’infléchirait. Mais bon, nul ne peut prévoir ce que l'avenir nous réserve.