Show social sharing options
Hide social sharing options

Stagiaire chez ESBE, entretien avec Viktor Bengtsson

2020-10-05

Viktor Bengtsson, 25 ans, aime passer son temps libre sur les courts de padel, sur les terrains de golf ou en randonnée moto.

Rencontrez Viktor Bengtsson – Son projet de thèse chez ESBE 

À la faculté d’ingénierie de l’université de Lund (LTH), ce jeune homme originaire du Småland s’intéresse à toute autre chose : il se concentre en effet sur ses études d’ingénierie, et s’est notamment spécialisé dans les technologies électroniques et l’automatisation. Durant son stage chez ESBE, il a pu perfectionner sa formation, notamment sur tout ce qui a trait à l’automatisation. Nous avons posé quelques questions à Viktor pour en savoir plus sur son expérience professionnelle au sein d’ESBE.

Viktor a entendu parler d’ESBE pour la première fois juste après l’école secondaire supérieure. Il était alors employé dans une entreprise, à un poste qu’il aura occupé pendant presque un an. Il s'agit donc pour lui d'un ancien « nouveau lieu de travail ».

 

 

ESBE internship student, interview with Viktor Bengtsson.jpg

Est-ce pour cela que vous vouliez réaliser votre projet de thèse chez ESBE ?


Non, pas vraiment, même si ma précédente expérience a forcément joué un rôle. J’apprécie beaucoup ESBE. Je suis passé par une agence de recrutement, et c’est là que j'ai vu qu'ils recherchaient un technicien de production spécialisé dans l’automatisation. Je me suis ensuite rendu sur le site web d’ESBE et j’ai envoyé une candidature spontanée en espérant pouvoir mener mon projet de thèse avec eux. 

 

Fantastique ! On dirait bien que ça a marché ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre expérience professionnelle ?


Je dirais que tout s’est bien passé. On m’a globalement fait confiance en me laissant une grande liberté pour accomplir mon travail. Il n’y a pas eu de restrictions particulières. Mon stage portait sur l'automatisation de la production des vannes SLB, Superflow. 

En fait, ESBE souhaitait mettre en place une solution d'automatisation pour accroître le rendement. Cette solution devait être également suffisamment pérenne pour que la compatibilité avec les nouvelles variantes de vannes soit assurée au fil du temps. Ma mission consistait à tirer le meilleur parti de mes capacités afin de définir un processus de production automatisé et efficace pour la fabrication de vannes Superflow.

 

ESBE est un leader du secteur : avez-vous pu vous-même le constater sous une forme ou une autre ?


Je dirais que cela se voit principalement dans les efforts qu’ils déploient constamment pour améliorer leurs produits et mener à bien des projets visant à optimiser leur processus de fabrication.

 

Dernière question. À quoi le monde ressemblera dans 10 ans selon vous ?


Dans 10 ans ? C’est difficile à dire. Je ne pense pas vraiment à ce qu’il se passera dans 10 ans et je ne me lancerai pas dans des prédictions hasardeuses. Je reste malgré tout impressionné par la rapidité avec laquelle les choses ont évolué ces dernières années. Il suffit de comparer le « supercalculateur » utilisé en 1969 pour envoyer Apollo 11 sur la Lune. Imaginez un peu : sa puissance de calcul était 100 000 fois inférieure à celle du smartphone qui est rangé dans ma poche !